vendredi 9 décembre 2011

Pour moins de grèves, moins de trains

Le préavis de grève avorté de la CFDT pour les week ends de décembre a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose, mais a au moins eu le mérite de remettre sur la table la privatisation de la SNCF, absolument nécessaire pour que le pays puisse progresser. Il est en effet temps de se débarrasser des trains, moyen de transport collectiviste hérité des heures les plus sombres de l'Histoire. Je milite depuis longtemps pour la suppression définitive des transports en communs, qui sont une entrave à la libre concurrence, et même si j'aimerais leur suppression totale, je sais bien qu'il ne sera pas possible d'y arriver aussi vite que nécessaire à cause d'une opinion publique manipulée par les communistes.

Les cheminots, privilégiés, sont souvent en grève en prenant en otage la population, ce qui est totalement inacceptable. Bien que le droit de grève ait été réduit par Nicolas Sarkozy, une privatisation de la SNCF pourrait réduire encore leur pouvoir de nuisance en diminuant considérablement le nombre de trains en circulation. Par exemple, lorsque les Anglais ont privatisé leurs chemins de fers, plus aucun train ne circulait la veille et le jour de Noël ! Et ce, grâce à la politique de rentabilité menée par les nouveaux actionnaires, et non par une poignée de gauchistes fainéants.

La diminution du nombre de trains permettra aux gens de se tourner vers des moyens de transports individuels plus rentables, tels que la voiture ou l'avion, ce qui sera bon pour l'économie. Si quelqu'un prend un train, l'argent encaissé part dans la poche d'entreprises publiques, et donc de fonctionnaires. Si cette même personne préfère prendre sa voiture, ce sont des entreprises privées telles que Peugeot ou Total qui empochent la dépense. Elle revient donc avant tout à des actionnaires, ce qui est économiquement bien plus bénéfique.

En cette période de crise, on ne peut plus se permettre de dépenser des milliards en nouveaux trains, métros ou bus, ni d'embaucher des conducteurs avec des contrats de fonctionnaires qui coûtent des millions, entre les primes de charbon, les 15 semaines de congés payés, les 35 heures... Faisons tout de même confiance à Guillaume Pepy et aux responsables politiques, qui prennent les décisions nécessaires pour diminuer tant que possible ces coûts.

mercredi 12 octobre 2011

Hommage

Triste nouvelle que la mort de Steve Jobs. Cet entrepreneur de génie, qui avait fondé Apple, l'entreprise la plus innovante de l'informatique, vient hélas de s'éteindre. C'est à lui et lui seul que l'on doit l'invention du smartphone et de la tablette tactile. En lançant l'iPhone, puis l'iPad, il a su ouvrir un nouveau marché, créer des besoins nouveaux, et ainsi apporter à l'économie mondiale de nouvelles sources de revenus. Refusant toujours de fabriquer du matériel bon marché, réservant ainsi ses inventions à une élite, il a également su diminuer les coûts de fabrication en en confiant la production aux pays émergeants, tournant le dos à la démagogie gauchiste qui veut que l'on fasse travailler des gens dans les pays où les impôts sont étouffants et le coût du travail bien trop élevé. En combinant ainsi faibles coûts de revient et forte valeur ajoutée, Apple a ainsi pu accumuler plus d'argent encore que les Etats-Unis et devenir la première capitalisation boursière du monde.

Il y a quelques jours, le génie de Steve Jobs avait pu s'exprimer une dernière fois, hélas par la voix du nouveau PDG de la firme et non de son fondateur. L'iPhone 4S, loin d'être la déception que les jaloux disent, est une révolution exceptionnelle, grâce à des innovations jamais vues comme la reconnaissance vocale ou encore l'envoi de cartes postales. La concurrence se retrouve une nouvelle fois loin derrière et ne fera que continuer à copier Apple. Je n'ai d'ailleurs pas manqué de précommander un exemplaire de ce petit bijou pour être sûr d'avoir le miens dès sa sortie ! Mais c'est le coeur lourd que je l'ai fait, me disant qu'il s'agissait du dernier appareil de l'ère Steve Jobs. Un futur collector ? Sans doute, c'est pourquoi je me suis décidé à en réserver un deuxième. C'est également pour moi un moyen d'apporter ma modeste contribution à la célébration funèbre de la mort d'un Grand Homme.

Pourquoi Steve Jobs nous a-t-il quitté trop tôt ? Il n'est en effet pas normal de voir disparaître un homme de talent qui possédait les moyens d'une santé optimale. Le coupable est à chercher du côté de la Maison Blanche, en la personne de Barrack Obama en personne ! Car c'est à cause de sa terrible réforme de la santé, basée sur l'idéologie marxiste et égalitariste, que Steve Jobs n'a plus eu accès aux soins dont il avait besoin. En voulant soigner tout le monde de la même façon, on ne fait que niveller par le bas, alors qu'il serait plus juste et plus intelligent de réserver les meilleurs soins aux plus méritants, ceux qui font avancer leur pays, et même le monde tout entier ! N'oublions pas qu'en France, à cause de la Sécurité Sociale, mais aussi des impôts et des charges exorbitantes, nous n'avons que peu de talents, en tout cas aucun de la trempe de Steve Jobs.

Rendons donc un dernier hommage à ce Grand Homme, qui aura marqué le siècle de son empreinte et fait avancé la technologie comme jamais, et laissons aux jaloux les critiques faciles et la diffamation, voulant pointer du doigt les soit-disant conditions de travail des ouvriers d'Apple ou encore les méthodes de management de Steve Jobs, pourtant exemplaires. Il est facile de cracher sur les morts, surtout quand on n'a soi-même jamais rien accompli, à l'image du communiste Richard Stallman qui n'a pas raté l'occasion de cracher son venin gauchiste. Les jaloux ont les idoles qu'ils méritent, des pauvres comme l'Abbé Pierre ou autres Lénine, qui n'ont jamais rien accompli pour le monde. Personnellement, je préfère rendre hommage à l'innovation et à l'argent.

jeudi 1 septembre 2011

Un bel exemple de générosité

Face à une crise économique sans précédent, il est nécessaire d'agir afin d'éviter une catastrophe qui risquerait de nous faire revenir à la préhistoire. La chute du système économique pourrait en effet nous faire revenir à l'âge de pierre, ou pire encore, au communisme.

Pour contrer cette menace, ce sont bien ceux qui en sont les premières victimes sur qui l'on peut compter : les riches. Ils ne sont pourtant pas responsables de la situation, pour preuve : leur richesse a continué à s'accroitre, preuve qu'eux ont continué à travailler dur pendant que les pauvres se vautraient dans l'assistanat et aggravaient la crise.

Plusieurs grandes fortunes françaises ont donc accepté de payer une taxe exceptionnelle afin de lutter contre le déficit. Bien sûr, cette taxe doit être d'un montant modéré (moins de 1% des revenus) et n'intervenir que maintenant, afin d'empêcher l'exil fiscal et de ne pas peser sur la croissance. Les gauchistes, eux, préfèreraient des impôts lourds, injustes, durables et progressifs, afin de faire fuir les riches, ce qui serait désastreux pour l'économie.

En retour, il serait logique que les pauvres payent également de leur poche le déficit dont ils sont les uniques responsables. Cette taxe, bien que conséquente, ne suffira pas à le réduire durablement si on ne supprime pas dans le même temps toutes nos prestations sociales communistes, qui pèsent sur la performance économique de notre pays. Diminuer les charges des entreprises, privatiser les services publics, ou encore remplacer l'impôt progressif par une flat tax plus juste permettrait de relancer la croissance, et serait aussi un moyen de rendre aux grandes fortunes l'argent qu'ils ont généreusement accepté de donner par une taxe exceptionnelle. C'est d'ailleurs ce que soulignait Maurice Lévy dans son article : il veut bien faire un effort, mais à condition que celui-ci soit partagé par tous.

C'est là que l'on voit la différence entre d'un côté des riches généreux, soucieux de l'avenir de leur pays et de l'économie et prêts à défendre une cause juste et importante, et de l'autre des pauvres privilégiés, qui ne veulent surtout pas lâcher les avantages énormes qui leurs sont offerts par un système communiste, bien que cela mène à notre ruine à tous.

dimanche 14 août 2011

Pourquoi il faut revenir au Franc

Le retour au Franc est une idée novatrice, que peu de partis politiques osent proposer. Même l'UMP est frileuse sur ce sujet, et les seuls à être un peu en avance sur leur temps sont Debout La République et le Front National. Il s'agirait pourtant d'une réforme importante pour relancer la croissance de notre pays.

Bien sûr, il y a l'argument nationaliste, tout à fait pertinent, de défendre notre identité. Sacrifier un symbole national datant de Clovis et Charlemagne au nom du multiculturalisme, du communautarisme et du droit-de-l'hommisme était une grossière erreur, qui n'a pu se faire que parce que les bien-pensants l'ont décidé. Conserver la souveraineté de notre pays, c'est défendre nos valeurs. Mais cet argument est bien mis en avant par les défenseurs du Franc, aussi vais-je en développer d'autres que l'on entends moins souvent.

Le passage à la monnaie unique a été un coup dur pour une profession en particulier : les agents de change. Avant l'euro, les touristes qui voulaient aller en Allemagne, en Italie ou en Espagne devaient passer par un agent de change pour obtenir la monnaie locale. Ils généraient ainsi de la richesse en appliquant des taux de change. Avec la monnaie unique, c'est toute une partie de la profession qui disparaît ! C'est donc plus de chômage, et moins de richesses créées. Au passage, ceci a également favorisé l'immigration, puisque des clandestins qui arrivent par l'Italie par exemple n'ont plus qu'un seul changement de monnaie à faire au lieu de deux.

Plus grave, la disparition de plusieurs monnaies limite également les possibilités de spéculation. La diversité des monnaies permettait aux investisseurs et aux spéculateurs de les acheter, les revendre, et empocher de confortables plus-values lorsque leurs placements étaient fructueux. Le nombre de monnaies étant réduit avec le passage à l'euro, les opportunités sont moins nombreuses, et cette profession pourtant très utile à l'économie s'en est vue fragilisée.

Enfin, il faut reconnaître que le passage à l'euro a pu améliorer l'inflation en ajustant les prix pour les faire légèrement grimper, beaucoup d'entreprise les ayant arrondis au supérieur. Cet aspect bénéfique du passage à l'euro est loin de compenser les deux inconvénients vus ci-dessus, mais le retour au Franc pourrait avoir une fois de plus le même effet : en réajustant les prix une nouvelle fois, c'est une nouvelle inflation qui pourrait avoir lieu ! Bien sûr, il ne faudrait pas que les gauchistes en profitent pour remonter également les SMIC et autres RSA, sinon tous les bénéfices de cette inflation seraient annulés.

Le retour au Franc devrait donc être pris un peu plus au sérieux par les politiques. Loin d'être une envie de retour en arrière, il est au contraire un facteur de progrès et de croissance économique. Il serait d'ailleurs bon que ce sujet fasse débat lors de la campagne présidentielle !

jeudi 11 août 2011

La propriété intellectuelle menacée

Le premier des droits, celui fondamental, ça n'est pas comme le pensent les communistes le droit au logement, le droit à l'emploi ou le droit de se nourrir. Ce sont, comme le disent les libéraux, de "faux droits". Le droit qui doit prévaloir, c'est bien le droit de propriété. Et la propriété intellectuelle en fait partie.

Quand une entreprise comme Apple invente des choses nouvelles telles que le lecteur MP3, le smartphone ou la tablette tactile, il est tout à fait normal qu'elle protège ces inventions contre la copie. Apple représente la réussite, une gestion sans faille qui lui vaut d'être plus riche que l'État aux USA, et un marketing novateur qui lui donne une image "cool", ce qui explique son succès aujourd'hui. Pourtant, cette réussite est menacée, cette fois non pas par l'État directement, qui voudrait lui faire payer des taxes énormes, mais par des entreprises concurrentes, qui, bien que privées, soutiennent des idéologies communistes.

C'est le cas de Google, qui, avec son système Android, pâle copie d'iOS, veut faire la promotion de Linux et des logiciels libres. Cette idée selon laquelle un logiciel pourrait n'appartenir à personne et dont tout le monde pourrait profiter gratuitement rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Quand le logiciel libre gagne du terrain, c'est le socialisme et l'anarchie qui entrent dans nos pays civilisés. Et il n'est pas étonnant que les ayatollahs du libre militent contre les brevets.

Contre cette menace, ce sont les brevets qu'Apple a utilisé, afin de contrer les entreprises qui tentent de le copier : Samsung, HTC, Motorola... Peu scrupuleuses, elles utilisent Android pour fabriquer des smartphones et des tablettes inspirés de l'iPhone et de l'iPad : même forme, même couleur... Mais pire encore, ce matériel n'a que peu de protection et permet aux gens de faire tout et n'importe quoi avec, contrairement au matériel d'Apple, qui lui est protégé contre les utilisations non autorisées.

Il est donc tout à fait normal qu'Apple se défende en tentant de faire interdire ces contrefaçons. Être libre de pouvoir défendre sa propriété et d'interdire les copies, c'est ça, le libéralisme ! Le logiciel libre lui, n'a au contraire de libre que le nom, puisqu'avec lui, n'importe qui peut faire n'importe quoi. Certains voudraient pourtant comparer l'attitude d'Apple à celle d'une dictature communiste ! Mais ça n'a pas grand chose à voir, puisqu'Apple est une entreprise privée, soucieuse de défendre ses propres intérêts, et pas un État marxiste qui cherche à imposer l'égalité pour tous.

Les brevets, y compris les brevets logiciels, sont nécessaires pour défendre, non seulement l'innovation, mais aussi et surtout l'économie en protégeant les grandes entreprises, celles qui génèrent de la croissance et ouvrent de nouveaux marchés. Certains voudraient faire cesser les actions en justice d'Apple, qu'ils pensent un instant aux conséquences d'une telle politique !

mercredi 3 août 2011

Robin des Bois : une autre interprétation

Vue par les gauchistes, l'histoire de Robin des Bois serait marxiste et représenterait la lutte des classes entre riches et pauvres. Elle rendrait acceptable le vol des riches pour donner aux pauvres, et par la même occasion montrerait l'impôt redistributif comme quelque chose de bon, alors qu'il s'agit de la pire injustice qui soit.

On peut pourtant faire une toute autre interprétation de cette histoire, avec une morale plus juste. Dans Robin des Bois, les villageois, tous pauvres, sont harcelés par le prince Jean qui leur réclame des impôts hors de prix ! Il faudrait donc plutôt voir ça comme une critique de l'impôt, qui cherche à rendre tout le monde pauvre, plutôt qu'une critique des riches ! N'oublions pas que Robin lui même est un noble à qui on a tout pris !

Le prince Jean représenterait plutôt Karl Marx ou Staline, car son rôle est celui d'un dictateur sanguinaire avant tout. Son agent fidèle, lui, représente les fonctionnaires voraces chargés de gagner de l'argent sans rien faire sur le dos de la population : agents du Fisc, bien sûr, mais aussi agents SNCF, instituteurs, pompiers, infirmières...

A la fin de l'histoire, c'est au bon Roi Richard que l'on doit la fin du calvaire : une figure dirigeante et forte, mais juste, à l'instar de Ronald Reagan par exemple, qui a lui aussi mis fin à la dictature communiste et aux impôts. On est donc loin des idéologies égalitaristes de l'extrême-gauche !

On retrouve également dans Robin des Bois des notions de valeurs traditionnelles fortes. Par exemple avec Frère Toc, qui symbolise l'église, persécutée elle aussi par les communistes. Quand à Marianne, elle est l'illustration de la chasteté, une valeur oh combien importante.

Malheureusement, dans notre pays frappé par le marxisme, le politiquement correct a imposé une lecture gauchiste de cette histoire. Il serait bon de se la réapproprier pour lui permettre de diffuser des idées plus saines de respect de l'autorité, de lutte contre l'impôt et de respect des traditions. Que les gauchistes gardent leurs propres histoires, comme par exemple les Schtroumpfs.

dimanche 31 juillet 2011

Défendre la liberté d'expression

La pensée marxiste en France est si forte, si imprégnée dans tous les médias, qu'il existe des sujets que l'on n'a pas le droit d'aborder. Au premier rang : l'immigration, pourtant problème numéro 1 en France, qui hélas ne fait jamais la une des journaux. Il existe pourtant des groupes politiques qui osent aborder le sujet sans tabou, et sans craindre la censure. C'est le cas des membres de Droite Populaire, qui, comme son nom l'indique, se préoccupe des soucis de la majorité des Français, et donne la parole à ceux qui en sont privés aux bénéfice des gauchistes et autres bien-pensants.

Les idées de Droite Populaire sont innovantes, actuelles et terriblement nécessaires, et pourtant, il est bien difficile de les faire passer. C'est à ce groupe que l'on doit la proposition d'interdire le MRAP, après les amalgames honteux de ce groupuscule d'extrême-gauche, qui fait un lien entre la tuerie d'Oslo et l'extrême-droite. Ils en sont pourtant les premiers responsables !

Autre proposition politiquement incorrecte mais oh combien intelligente : la censure des groupes de rap issus de l'immigration, et qui n'ont de cesse de cracher sur la France. Nous ne pouvons plus supporter d'entendre des gens crtitiquer notre pays, nos courageux policiers, ou encore la politique exemplaire de l'UMP ! Il faut bien sûr interdire ces groupes, mais il faudrait aussi étendre cette interdiction aux forces de l'Anti-France, ce qui incluerait une grande partie des médias. Mais notre pays ne s'en porterait que bien mieux !

Malheureusement, les marxistes ont encore chez nous un poids considérable, et on préfère reprendre la parole à ceux qui osent dire la vérité, comme par exemple Éric Zemmour, que l'on prive de son émission à la rentrée, pour la donner à des gauchistes droit-de-l'hommistes aux idées rétrogrades.

mercredi 27 juillet 2011

Attentat en Norvège : une haine incompréhensible envers les Chrétiens

Quand on parle d'attentat, il ne fait aucun doute qu'il y a des islamistes dans l'affaire. C'est bien évidemment le cas à Oslo, mais les médias gauchistes ont travesti la vérité afin de la faire mieux coller à leur idéologie, en trouvant un coupable qui serait soit disant chrétien et d'extrême-droite. Un terroriste est, par définition, de gauche, puisque c'est toujours la gauche qui cherche à imposer son idéologie par les pires moyens. Il ne faut donc faire aucun amalgame entre le responsable de l'attentat et des groupes de droite ou d'extrême-droite, qui sont eux tout à fait respectables. Mais les gauchistes refusent de voir la vérité et d'admettre qu'ils sont favorables aux attentats ! Ne sont-ce pas eux qui, régulièrement, prennent la France en otage dans des grèves illégales ?

Les médias bien-pensants insistent aussi sur la soit-disant chrétienté du tueur. Comment pourrait-il être d'une religion qui dit "tu ne tueras point" ? Quand un chrétien tue, c'est pour le bien de l'humanité, et pour se défendre, comme par exemple pendant les Croisades, ou actuellement en Afghanistan, afin de combattre, justement, les terroristes musulmans. Les médias ont donc monté de toute pièce un portrait d'un homme blond et pâle pour faire croire aux crimes des chrétiens.
Quand on retrouve les musulmans derrière un attentat, ces mêmes médias préfèrent taire l'affaire, tandis que cette fois, ils le mettent en une de tous les journaux ! Il y a pourtant des choses plus importantes, comme par exemple la relance de l'Europe par Nicolas Sarkozy, ou encore la mort d'Amy Winehouse.

Les gauchistes, si rapides à demander la présomption d'innocence pour leurs amis islamistes et à leur trouver tout plein d'excuses, n'ont en revanche pas le même respect quand le soit-disant coupable est blond aux yeux bleus. Alors que rien ne prouve qu'il soit coupable, le voila déjà condamné d'avance ! Aux oubliettes la piste islamiste, pourtant bien plus crédible !

Et quand bien même Breivik serait coupable, il faut bien comprendre quelles sont les raisons qui expliquent ce geste : une immigration toujours plus présente, donc une insécurité grandissante, et un gouvernement marxiste qui impose des taxes énormes et interdit toute pensée politiquement incorrecte. On accuse bien vite l'extrême-droite dans cette affaire, mais quelque soit la vérité, c'est bien la gauche multi-culturaliste, l'immigration islamiste et la bien pensance qui sont responsables.

On exagère aussi la gravité de cet attentat. Comparé aux centaines de millions de morts des communistes et de ceux qui prônent le multiculturalisme, Breivik n'a pas fait grand chose !  Surtout que lui s'en est pris à de dangereux gauchistes, contrairement aux terroristes d'extrême-gauche qui s'attaquent à l'élite de la nation. On note tout de même que, comme dans l'affaire du 14 juillet, il est bien difficile de faire confiance aux Norvégiens et qu'on ferait bien de se méfier d'Eva Joly !

dimanche 24 juillet 2011

Une élue gauchiste découvre la discrimination anti-riches

L'arroseur arrosé ! Une sénatrice écologiste vient de faire les frais de sa propre politique marxiste, qui consiste à réserver les places d'internat aux pauvres, excluant ainsi la majeure partie de la population de ces établissements ! Bien que ses revenus soient assez faibles, loin de ceux de ses confrères de l'UMP, elle n'a pas pu inscrire son fils en internat car soit disant, elle gagne trop !

C'est bien sûr Atlantico qui dévoile cette affaire, dont on n'aurait pas entendu parler dans un journal gauchiste comme le Canard Enchaîné ou Mediapart, plus occupés à inventer de prétendus scandales pour discréditer les élus de droite : Karashi, Bettencourt... Autant de manipulations de l'opinion basées sur le mensonge.

Le fait de réserver des privilèges en fonctions des revenus est une discrimination injuste et totalement illogique, qui incite les gens à travailler moins pour gagner moins. Car qu'elle est facile la vie quand on est pauvre et qu'on bénéficie d'aides en tout genre ! Bourses d'études, logements sociaux, APL, RSA... Le tout bien sûr financé par ceux qui produisent vraiment la richesse de ce pays, qui se lèvent tôt, et qui n'ont pourtant droit à rien.

Que ces lois puissent retomber sur ceux là même qui les ont créé est tout de même un beau retour de bâton. Eux qui sont habitués à bénéficier de privilèges, voilà qu'on les leur refuse ! Peut être finiront-ils par se rendre compte qu'il n'y a aucune raison de faire du favoritisme envers les pauvres, et qu'au contraire, il est tout à fait normal que ceux qui gagnent beaucoup d'argent puissent en bénéficier. On voit là aussi les limites des établissements publics, gérés par des fonctionnaires. Si elle avait voulu mettre son fils dans le privé, cela aurait sans doute été possible à condition bien sûr d'en avoir les moyens ! Car la sélection par l'argent est bien plus juste que celle sur critères sociaux.

jeudi 21 juillet 2011

Sauvegardons notre 14 juillet !

Eva Joly serait-elle de l'anti-France ? Il n'y a plus de doute possible ! Après avoir harcelé nombre de nos hommes politiques devant la justice, voilà qu'elle cherche à accéder au plus haut rang de l'Etat pour mieux détruire notre pays ! Les idées des Verts sont très dangereuses et nous feraient revenir à la bougie, on le savait déjà, mais sa proposition de supprimer le défilé militaire du 14 juillet franchit un nouveau pas dans l'indécence !

Nous devons être fier de notre armée et des exploits qu'elle accomplit jour après jour dans le monde : en Libye, en Afghanistan... Partout où les terroristes se font menaçant, nos forces armées sont là pour combattre la menace et instaurer de force la démocratie. Eva Joly connait bien mal les Français, qui sont pourtant des millions à regarder ce défilé et à aimer nos militaires.

A la place, elle voudrait faire un "défilé citoyen". Au lieu des militaires, nous verrions des infirmières et des facteurs ? Au lieu des chars, des ambulances et des camions de pompiers ? Soyons sérieux un peu. On a déjà suffisament de défilés de fonctionnaires fainéants en grêve, pas besoin d'en avoir un officiel, ce qui serait encore plus ridicule.

L'armée, elle, respecte notre pays, elle respecte l'autorité et ne fait jamais grêve. Un défilé militaire est le propre de tout pays démocratique et moderne. Il faut montrer au monde entier que notre armée est forte. Sans ce défilé, nul doute que de nombreux pays viendraient nous envahir sans hésiter.

Ces propos montrent également l'incompatibilité de la double nationalité avec les valeurs de notre République. Comment peut-on comprendre la France quand on n'en est même pas originaire ? Les propositions de Marine Le Pen et d'une grande partie de l'UMP sont donc plus que jamais nécessaires, ce que prouve cette polémique.

mercredi 20 juillet 2011

La France doit devenir compétitive

Les entreprises qui innovent ne sont pas françaises. Qui peut citer une grande invention de notre pays depuis 1945 ? Personne. Mais comment pourrait-il en être autrement quand les communistes sont au pouvoir depuis plus de 30 ans ?

Si la France a perdu tant de son prestige au fil du temps, c'est parce qu'elle s'est englué dans l'idéologie marxiste qui empêche le travail et la richesse. Nous avons la Sécurité Sociale et le SMIC, les Américains ont Apple et General Motors. Comment pourrions nous innover quand on ne travaille que 35 heures par semaine ? Comment donner aux gens le goût du risque quand ils ont la sécurité de l'emploi et l'état qui leurs finance leurs soins ?

Et pour ceux qui auraient le malheur de chercher à entreprendre et à s'enrichir, tout est fait pour leur mettre des batons dans les roues : charges, impôts, Prud'hommes, inspecteurs du travail... ces inventions d'un autre age ne font que faire fuir les riches, et avec eux les entreprises et les emplois. Bref, ceux qui ont du courage et qui prennent des risques. Ne restent plus que des fonctionnaires, des gens qui touchent un RSA ou un SMIC confortable sans même avoir à travailler et qui ne savent pas ce que c'est que de devoir donner la moitié de ses revenus aux communistes, qui n'ont jamais la vie dure et qui ralent dès qu'on touche à leurs privilèges pourtant exhorbitants.

Mais la France n'a plus les moyens de financer cette sécurité sociale, ces retraites, ces allocations chômage... nous devons sortir de l'assistanat et encourager le retour de nos entrepreneurs. En supprimant toutes les aides, les fonctionnaires, ainsi que le code du travail, on pourra alors supprimer la plupart des impôts et ainsi arrêter de saigner les riches et les entreprises. Nous redeviendrons un pays compétitif, où il fait bon investir.

Nicolas Sarkozy avait commencé à aller dans ce sens, mais il a malheureusement été freiné par une opposition marxiste et des syndicats communistes. Les réformes sont toutefois nécessaires, et il faut espérer qu'elles puissent continuer ainsi en 2012.

mercredi 6 juillet 2011

Privatisons le baccalauréat

J'ai été absent d'Internet pendant plusieurs mois, mais c'était pour une bonne raison puisque j'étais en révisions intenses pour le baccalauréat. Je n'avais pas pu l'obtenir l'année dernière à cause de correcteurs trop gauchistes qui n'aimaient pas mes idées un peu trop modernes et novatrices pour eux.

Les cours particuliers intensifs, heureusement remboursés pour moitié en réduction d'impôts, ont finalement payé et j'ai eu mon bac cette année, bien qu'étant toujours mal aimé des fonctionnaires de l'Éducation Nationale qui n'ont pas cru bon de me donner une mention. Il est aussi dommage qu'un exercice ait pu fuiter sur Internet, s'étalant à la vue de tous. D'habitude, ces fuites restent confidentielles et se monnaient cher, ce qui les réserve à une certaine élite, ce qui est bien plus équitable.

Si j'ai mon bac, je n'en suis pas moins farouchement opposé à ce symbole communiste d'un autre temps. Il n'est pas normal de devoir, encore aujourd'hui au XIXème siècle, en passer par l'État pour faire des études. Les diplômes ne devraient être délivrés que par des écoles privées, chacune pouvant faire comme elle l'entends. On réserverait ainsi les meilleurs diplômes aux personnes les plus aisées et donc les plus méritantes, comme c'est le cas dans les grandes écoles. Au lieu de ça, on continue de donner le baccalauréat à tout le monde à cause d'une idéologie égalitariste. Le fait que plus de 80% des élèves l'obtiennent prouve bien qu'il ne vaut rien, et non pas que le niveau augmente.

Et bien sûr, il y a également la correction, faite par des fonctionnaires gauchistes, qui préfèrent privilégier les Mohamed que les Sébastien, les enfants de smicards aux enfants de patron, tout ça pour faire croire que les premiers seraient plus doués, alors qu'on sait très bien que c'est le contraire. Claude Guéant l'avait d'ailleurs parfaitement démontré. Mais les gauchistes n'aiment pas la réalité et préfèrent la maquiller.

Cela m'a même fait perdre un an en ratant le bac la première fois. Je parlais de ça avec un de mes professeurs, et il me comprenait bien, lui même ayant été recalé au concours de l'éducation nationale à cause de ses origines sociales. C'est pour cela qu'il s'est retrouvé à étudier dans le privé. C'est donc là qu'on retrouve les meilleurs professeurs : plus sévères, plus respectueux de l'autorité, et qui ne sont pas en grève tout le temps.

jeudi 31 mars 2011

Savoir prioriser les débats

Les gauchistes ont profité de la catastrophe japonaise pour imposer un débat sur le nucléaire, contre l'avis des spécialistes du sujet. Et une fois de plus, tous les médias gauchistes s'y sont engouffré, invitant des terroristes verts sur leurs plateaux plutôt que de véritables experts, objectifs, comme par exemple des responsables d'Areva. A-t-on vraiment besoin, aujourd'hui, de perdre du temps avec un tel simulacre de débat ? Non, il n'y a pas à discuter sur le sujet, le nucléaire, c'est l'avenir et il n'y a pas d'alternative, un point c'est tout.

Au contraire, un autre débat a été totalement éclipsé : le grand débat sur l'Islam, proposé par l'UMP, et qui, à l'instar du débat sur l'identité nationale l'année dernière, a été rejeté par tous les médias qui ont préféré le taire, voir le moquer. C'est pourtant bien là la principale préoccupation des Français, comme n'a de cesse de le répéter Ivan Rioufol par exemple, un des derniers vrais représentants du peuple dans le monde très fermé des médias. Je peux constater autour de moi à quel point il s'agit d'une préoccupation quotidienne pour la majorité des gens, par exemple, hier, mon père se demandait comment il allait pouvoir continuer à financer ses chantiers si le PS passait en 2012 et régularisait soudain les sans-papiers, qu'il devrait alors payer plus cher. Donc non, l'immigration n'est pas une chance pour la France puisqu'elle nous coûte très cher !

Sans oublier les problèmes du communautarisme, fléau contre lequel nous devons absolument lutter ! Nous ne pouvons plus accepter le mélange entre chrétiens et musulmans, qui finissent par imposer leurs traditions barbares et moyenâgeuses. Que chacun reste dans son coin, c'est bien la meilleure façon de lutter contre le communautarisme ! Malheureusement, les médias majoritairement gauchistes préfèrent faire la promotion du "vivre ensemble" et considèrent que quiconque refuse d'avoir des musulmans dans son quartier est raciste.

jeudi 24 mars 2011

Ce que nous enseigne la catastrophe japonaise

Le Japon, pays du Soleil Levant, a subit un énorme désastre qui a fait des milliers de morts. C'est regrettable, mais il ne faudrait pas céder pour autant à la démagogie comme le font les gauchistes, et en tirer des leçons justes et importantes.

La première, c'est que le nucléaire est plus que jamais indispensable. Une centrale s'écroule, et c'est tout un pays qui se retrouve privé d'électricité. Les écologistes voudraient qu'on en profite pour toutes les fermer, et ainsi revenir à la bougie et au Moyen-Âge. Nous ne pouvons pas nous permettre de consommer moins, alors que la crise économique est passée et qu'on a plus que jamais besoin de croissance ! Le nucléaire est la seule source d'énergie capable de nous alimenter en électricité : une source sûre, fiable, abondante et illimitée.

A certaines conditions, bien entendu, et c'est là la seconde leçon que nous devons tirer de la catastrophe. On remarque que c'est à l'Est, donc dans les pays communistes, que les désastres nucléaires se produisent, comme c'était le cas pour Tchernobyl. En confiant ces monstres de technologie à des fonctionnaires qui cherchent avant tout à travailler le moins possible, le résultat n'est pas étonnant. La privatisation de l'électricité s'impose donc comme une nécessité, puisque les entreprises privées cherchent le profit, et n'hésiteront pas à licencier leurs employés les moins productifs. Moins de personnel et plus de pression = sécurité accrue.

Enfin, une dernière leçon est à retenir, et c'est Ivan Rioufol qui nous en fait part, en montrant que le Japon est un pays soudé et fier de son identité, puisqu'il repousse l'immigration qui aurait pu faire basculer le pays dans le chaos. Inspirons nous donc de ce modèle plutôt que de laisser entrer chaque année en France des millions de musulmans, venus imposer leur culture chez nous ! En disant non à l'islamisme, le Japon a pu devenir une grande nation qui, même dans les moments les plus terribles, affiche son unité. Il est donc important de rejeter l'Islam et d'empêcher les musulmans de venir en France et de pouvoir se considérer comme chez eux.

mardi 15 mars 2011

Les sondages, une manipulation gauchiste

On ne se méfiera jamais assez des sondages, en particulier de ceux commandités par des revues gauchistes. Premiers coupables : les côtes de popularité. On nous dit constamment que celle de Nicolas Sarkozy est en baisse, pourtant, ses nombreuses réformes nécessaires et modernes en font le meilleur président que nous n'ayons jamais eu. La preuve : dans mon entourage, tout le monde le loue de donner enfin la parole aux Français dans des grands débats, de rendre enfin l'argent volé par les impôts avec le bouclier fiscal et maintenant la baisse de l'ISF, ou encore de lutter contre l'immigration.

Autre sondage paru récemment, il paraîtrait que 72% des Français serait favorable au jugement de Jacques Chirac. Depuis quand un aussi grand homme devrait être inquiété par la justice ? Il n'a certes pas été aussi bon que Nicolas Sarkozy, mais c'est quand même lui qui a lancé sa carrière politique en le plaçant au Ministère de l'Intérieur. Nous ne pouvons pas juger Jacques Chirac comme n'importe qui, puisque justement, il n'est pas n'importe qui ! Au lieu de ça, les magistrats et les médias marxistes aimeraient le mettre en prison, quand dans le même temps, ils relâchent des dizaines de délinquants multi-récidivistes. Pauvre France !

Ces chiffres nous montrent deux choses : la première, c'est que les Français sont intoxiqués par une présence médiatique gauchisante et bien-pensante qui cherche à orienter leur vote. Quand on parle des affaires Karashi, des emplois-fictifs, ou que l'on critique la politique de Nicolas Sarkozy, c'est partisant et indigne d'un journalisme juste et objectif. La seconde, c'est qu'il ne faut jamais faire confiance aux sondages. Ils servent trop souvent à manipuler l'opinion et font dire n'importe quoi aux gens avec des questions biaisées. Méfiance, donc !

dimanche 13 mars 2011

Un sondage intéressant

La montée de Marine Le Pen dans les sondages, loin d'être le désastre annoncé par les médias gauchistes, qui tentent même de le minimiser en racontant qu'il serait faussé, est au contraire la preuve que la France bouge et se réveille enfin. La population, loin des élites mondialistes, se rend enfin compte que l'immigration et l'Islam ne sont pas compatibles avec les valeurs de la France, et sont la pire menace que notre pays connaît.

Marine Le Pen dépasse les 20%, mais c'est sans doute plus encore tant l'on sait que les gens hésitent pour dire qu'ils voteront Front National. C'est le résultat de 30 années à les faire passer pour épouvantail, quand, dans le même temps, on glorifiait les partis staliniens comme le Parti Communiste ou le NPA. Mais la majorité silencieuse voit bien le résultat de 30 années de politique marxiste : plus de fonctionnaires, plus d'immigrés, plus d'impôts... Il est grand temps d'inverser la tendance et le Front National porte ces valeurs.

Cela, Nicolas Sarkozy l'a bien compris, et en lançant un grand débat sur l'Islam, il montre qu'il est capable de virer à droite, car il a bien pris la mesure de l'opinion, et souhaite répondre aux attentes de nos concitoyens. Déjà, en recrutant Brice Hortefeux à l'immigration, ou en invitant Éric Zemmour à l'UMP, il a montré sa capacité à appliquer de vraies idées de droite. Il a également pu redonner à la lutte contre l'immigration la place qu'elle mérite en la dédiabolisant.

2012 doit être la continuité de ces 4 dernières années et voir la France aller toujours vers plus de progrès, avec moins d'immigration, moins d'impôts et moins de fonctionnaires. C'est la seule façon que nous avons de pouvoir enfin restaurer notre grandeur et nos valeurs, sapées par des décennies de communisme. Et ce sondage montre l'utilité de mesurer l'opinion de la population. Les instituts de sondage sont, plus que jamais, une garantie de démocratie et de liberté, et un moyen d'expression pour la majorité silencieuse.

jeudi 17 février 2011

Encore un drame causé par l'islamisation de la France

Une fois de plus, un triste fait divers devrait nous interpeller sur la présence toujours plus imposante de l'Islam en France. Peu de médias gauchistes l'ont relevé pour taire la vérité, mais cette fusillade a eu lieu devant un kebab, preuve s'il en est que ce genre d'établissement anti-républicain n'a strictement rien à faire en France. A quand leur interdiction ?

Les journaux taisent également les origines des frères, ce qui en dit long. S'ils avaient été Français de souche, nul doute que l'affaire aurait fait la une et qu'on aurait bien précisé leur couleur, mais puisqu'il s'agit d'étrangers (ce qui est assez évident puisque ce n'est pas précisé), on préfère le taire pour continuer à faire croire au "vivre ensembles" et pour ne pas choquer les associations "anti-racistes". Assez de bien-pensance !

jeudi 3 février 2011

Le Maghreb, source de problèmes

Contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias gauchistes, il n'y a rien de réjouissant dans les "révolutions" en Tunisie, en Algérie ou en Égypte. Les dirigeants en place, qu'il s'agisse de Ben Ali, Bouteflika ou Moufassa, assuraient jusque là une stabilité dans la région en limitant l'action des islamistes et garantissant une économie moderne, débarrassée d'un code du travail trop lourd, raison pour laquelle de nombreuses entreprises faisaient le choix de s'y installer.

Mais n'importe qui s'intéresse à l'Islam sait que les musulmans ne peuvent pas vivre en paix, et chercheront toujours à imposer la charia ou qu'ils soient. Étant majoritaires dans ces pays, le renversement de leurs gouvernements pour imposer un état islamiste était inévitable ! On avait déjà vu de telles actions se produire en France lors des émeutes en banlieues, devenues alors zones de non droit où la République n'a plus la place qui lui revient : boucheries hallal, kebabs et autres mosquées ont imposé leurs propres lois.

A trop laisser aux musulmans le droit de faire ce qui leur plait, on en arrive à ces situations entraînant de nombreux morts. Mais nos médias bien-pensants iront toujours dire que c'est une très bonne chose en refusant de voir la vérité ! Et que c'est la police, pourtant garante de la tranquillité, qui est responsable des morts ! Ayant moi même passé plusieurs séjours en Tunisie et ayant même vu de mes yeux les pyramides d'Égypte, je suis quand même plus au courant de la situation que ces journalistes bobos gauchistes qui ne quittent jamais leurs lofts parisiens !

On pourra toutefois saluer le comportement exemplaire de notre gouvernement, et en particulier de Michèle Aliot-Marie, qui a su choisir le camp du bien et de la démocratie plutôt que de céder aux pressions des marxistes. On en vient même à lui reprocher d'avoir fait des séjours en Tunisie ! Il aurait peut être mieux valu qu'elle reste au chaud chez elle et qu'elle commente sans savoir de quoi elle parle ? Pour les gauchistes, visiblement, oui.

Plutôt que de nous réjouir, la situation au Maghreb devrait plutôt nous alerter en nous montrant ce qui pourrait arriver en France sous peu, quand les musulmans deviendront majoritaires ! Les prévisions montrent toutes que ce sera le cas dans à peine quelques décennies. Malheureusement, les élites droit-de-l'hommiste refusent de voir la réalité et ceux qui tentent d'alerter l'opinion, comme Riposte Laïque ou Éric Zemmour, sont muselées, interdits de médias et traînés dans des procès staliniens. Restons vigilants !

vendredi 7 janvier 2011

Jacques Séguéla choque une fois de plus les bien-pensants


Séguéla : "Les travailleurs chinois sont heureux"
envoyé par LePostfr. - L'info internationale vidéo.

Voilà quelqu'un qui ose dire des vérités qui dérangent ! Mais face aux médias gauchistes qui veulent toujours plus d'argent sans rien faire, ce genre de phrase gêne. Tout comme Serge Dassault qui vantait le système chinois où les gens aiment travailler au point de dormir dans leurs usines, Jacques Séguéla prouve une fois de plus que le SMIC ne sert à rien et qu'on peut le supprimer afin de payer les travailleurs français à leur juste valeur. S'ils aiment leur travail, alors ils travailleront plus pour gagner plus avec plaisir ! Mais pour cela, il faut se défaire de la pensée marxiste qui veut que le travail soit forcément contraint par des méchants patrons voyous, ce qui est faux ! C'est pour ça que des initiatives comme celle du MEDEF avec J'aime ma boîte sont particulièrement intéressantes, puisqu'elles remettent l'entreprise et le travail au cœur des valeurs de la vie.

Les chrétiens persécutés dans l'indifférence générale

Comme souvent, les Chrétiens sont victimes de persécutions de la part des musulmans. Cela se passe dans les pays islamistes bien sûr, mais aussi chez nous, dans la France islamisée. Et pourtant, personne n'en parle, car les chrétiens ne peuvent pas être des victimes pour les médias gauchistes. Si les victimes avaient été des étrangers, tout le monde se serait indigné et la nouvelle aurait fait la une, mais là, rien de tout ça.

Les Chrétiens d'orient sont pourtant extrêmement courageux : décider de partir dans des pays dominés par les extrémistes, afin de leur ouvrir les yeux sur leur religion sanguinaire et les convertir à la Vérité, leur faire voir le Christ comme seul messie, cela demande beaucoup de travail. Mais les musulmans sont des sauvages qui ne respectent rien et qui ne cherchent qu'à conquérir toute l'Europe.

Et après, ils voudraient qu'on les respecte en France ! Qu'ils commencent par respecter les Chrétiens dans leur pays ! Il ne faut pas s'étonner avec des comportements pareils que des musulmans puissent se faire rejeter ou agresser par des Français exténués de voir leur pays se transformer en république islamique. Bien fait pour eux ! Mais de toute façon, les agressions de musulmans resteront toujours très rares, tandis que l'inverse, en revanche, se produit régulièrement : combien de "jeunes de banlieue" maghrébins prêts à lyncher des Français par racisme anti-blanc ? Mais ces histoires ne font jamais la une des journaux et on préfère dire que ces "jeunes" sont des victimes, que ce n'est pas de leur faute, voir qu'ils n'ont rien fait. Les associations droit-de-l'hommistes sont prêtes à tous les mensonges pour taire la vérité.