vendredi 19 septembre 2008

Les raisons de la crise

Alors que les Français se plaignent de la baisse de leur pouvoir d'achat, quelque chose de bien plus grave est en route sous la forme d'une crise économique. En plus des conséquences désastreuses sur la finance mondiale, comme la baisse de l'immobilier et des bourses, une autre conséquence grave est que cette crise redonne le sourire aux gauchistes qui y voient l'échec des politiques libérales et prônent un retour au socialisme malgré les échecs cuisants de ces politiques.

Les raisons sont naturellement bien loin de ce qu'ils s'imaginent, et ils démontrent là que la gauche ne connait strictement rien à l'économie. Ce n'est pas le capitalisme et le libéralisme qui sont la cause de cette crise, mais bien des politiques dignes du socialisme. La crise a démarré aux Etats-Unis, un des pays les plus avancés en matière de libéralisme économique. Mais pourtant, il existe encore, même dans ce pays, des restes de politique sociale et d'interventionnisme d'Etat qui datent des sombres années Clinton. Georges Bush a pourtant tenté de faire prendre un virage au pays en baissant les impôts, mais il n'a pas eu le temps de tout faire durant son mandat. La crise n'est donc pas la conséquence d'une politique libérale et de dérégulations, mais bien du manque encore important de libéralisme et d'un trop plein d'étatisme, même aux Etats-Unis.

La France, qui accumule de belles casseroles avec 30 années de politiques marxistes des années Mitterand et Chirac, devrait d'ailleurs en ressentir les effets de façon décuplée : chute dramatique du CAC 40, baisse des rentes... A côté de ce séïsme, que les pauvres ne devraient pas ressentir puisque leur RMI ne baissera pas, les ridicules revendications des sans-papiers et autres syndicats montrent bien qu'ils vivent dans une bulle et ne pensent qu'à eux. Et le fait que ses riches soient de plus en plus nombreux à fuir dans des pays avec moins de pression fiscale n'arrangera rien à l'affaire. C'est en effet grâce à eux qu'on aurait les meilleures chances de surmonter la crise.

Alors, les donneurs de leçon marxistes et anti-libéraux qui profitent de l'occasion pour imposer leur pensée unique et faire ressembler un peu plus la France à la Corée du Nord devraient y réfléchir à deux fois avant de tirer des analyses faussées qui vont dans leur sens. La réalité prouve une fois de plus qu'ils ont tord.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Winner, vos commentaires m'aident beaucoup dans ces moment où notre famille perd beaucoup d'argent. Il est trop injuste que ce soit nous, les plus riches, qui perdions le plus, alors que les Rmistes vont continuer à se prélasser. Les français ont une tache exaltante: contribuer au redressement de l'économie. Je pense qu'il pourrait être judicieux d'envisager une taxe sur les transports en commun (par exemple en faisant passer le ticket à 5 euros), ainsi que sur le hard discount.
Une seconde hypothèse pourrait être que tout le monde soit, comme nous, taxé à 50% de ses revenus. De cette manières, les pauvres comprendraient de manière directe l'injustice qui nous est faite.
Les solutions ne manquent pas, il faut les mettre en oeuvre!
continuez votre combat!
Pierre-Olivier de Neuilly

moi a dit…

Alors! pas d'analyse de la crise actuelle? pourtant vous devez avoir surement un ou plusieurs commentaires à nous transmettre.
j'attends

Anonyme a dit…

Tout ceci est de l'humour rassurez moi ??? Sinon, cher "winner", je suis désolée de t'apprendre que tu es totalement paranoïaque et que tu vois du marxisme partout. Ou alors tu es tout simplement ignorant et n'as rien compris à ce qu'était le marxisme. Choisis ce qui te conviens le mieux : une grosse blague, la paranoïa ou l'ignorance...
Gwen