vendredi 17 juillet 2009

Leçon d'économie : la spéculation

Puisque les Français sont très mauvais en économie, je vais tenter de faire quelques explications simplifier pour dédiaboliser l'économie et montrer en quoi le système capitaliste et libéral est en réalité vertueux et intelligent, contrairement à l'autre modèle existant, le tristement célèbre modèle communiste.

Je vais parler de la spéculation. Dans l'imaginaire des Français, abrutis par la propagande des médias gauchistes, spéculer c'est mal puisqu'on gagne beaucoup d'argent. C'est pourtant un métier très respectable et surtout utile, puisque sans lui, pas d'économie, pas de création de richesses, et donc que des pauvres.

Prenons l'exemple d'un agriculteur qui produit des tomates. Il est à une des extrêmités de la chaîne, pendant qu'à l'autre bout, on a le consommateur qui va manger ces tomates. Le producteur va calculer combien lui coûte de produire des tomates, en temps, en ressources, etc... pour déterminer combien il va les vendre. Il pourrait les vendre directement au consommateur, mais faire passer des biens ainsi, sans passer par le circuit économique, va nuire à l'économie du pays qui sera vite en faillite. Si on était dans un système communiste, c'est l'Etat qui fixerait combien gagne l'agriculteur et combien seront vendues les tomates. Bien évidemment, ce système est dangereux puisque l'agriculteur sera incité à ne rien faire et à juste profiter de l'assistanat de l'Etat, tandis que du côté du consommateur, il les achètera à bas prix, et, les tomates valant peu, l'économie sera faible.

C'est là qu'intervient un intermédiaire utile : le spéculateur. Ca peut être un particulier, mais plus souvent une entreprise, qui va acheter les tomates au producteur pour les revendre plus tard au consommateur. Si la récolte a été bonne, ils achèteront beaucoup de tomates à bas prix, puisqu'elles ne sont pas rares. Elles seront ensuite mises sur les marchés financiers où la loi de l'offre et de la demande fera évoluer leur prix, le plus souvent à la hausse. Par exemple, s'ils achètent des tomates pour un million d'euros, et les revendent deux millions, c'est un million supplémentaire qui aura été généré sur le marché et donc dans l'économie. Les spéculateurs sont donc capables de créer des richesses et de l'argent, d'où leur utilité.

Mais si la récolte est mauvaise et que les tomates sont plus rares ? Pour le producteur, ça ne change rien, le spéculateur lui achètera toujours au même prix au kilo. C'est au producteur de prendre ses précautions en prévoyant de travailler plus pour produire plus, ou bien éventuellement de prendre une assurance. On prend bien sûr l'hypothèse d'une société vraiment libérale et non pas socialiste, dans ce cas, ça serait l'Etat qui aurait dédommagé le producteur (aux frais du contribuable), l'enfonçant alors dans l'assistanat, et générant de l'injustice sociale, de la dette et des impôts supplémentaires. Nos spéculateurs ont donc moins de tomates, puisqu'elles sont plus rares. A priori, la demande, elle, est toujours à peu près la même. C'est là que la magie du marché opère : les spéculateurs ont acheté, disons, 500 000 euros de tomates, mais comme l'offre a diminué, ils pourront les revendre plus cher. 500 000 euros peuvent donc devenir par exemple 3 millions, plus encore que si on avait une récolte normale ! Plus d'argent sur le marché, c'est donc une économie en meilleure forme !

Voilà pourquoi il arrive parfois que l'on détruise des récoltes quand elles sont trop abondantes : si l'offre est trop élevée par rapport à la demande, les prix seront trop bas et l'économie serait alors bien mal en point. Les spéculateurs ont donc aussi une fonction de régulation de l'économie, et en cela ils sont particulièrement utiles !

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Heu non, là tu as tout faux.

Spéculer veut juste dire tenter de prévoir l'avenir ("spec", comme dans inspection, spectateur, respecter..). L'agriculteur, c'est un spéculateur. Il pense que ls tomates se vendront mieux que le maïs par ex, dans les années à venir. L'étudiant qui choisi tel diplôme plutôt que tel autre, c'est de la spéculation. Celui qui pense que tel travail sera mieux pour lui que tel autre, c'est toujours de la spéculation. Celui qui achète tel immeuble, ou le loue, c'est de la spéculation. De même, épouser telle femme plutôt que celle là, c'est de la spéculation.

En bourse, c'est pareil. De gens vendent ou achètent des titres. Et, selon ses spéculations, un acteur de ces marchés va les acheter ou non. Il peut penser par ex que le titre vaudra plus cher dans 1 ans, ou dans un jour. C'est très utile, car sinon, il n'y aurai personne pour acheter les titre, et donc, celui qui veut vendre ne le pourrait pas -et donc, personne n'investirait, car personne ne veut bloquer ses économies. Donc il achète, et revend un jour plus tard. C'est juste du commerce. Il a servi "d'entrepos" pendant un jour. Grâce à lui, celui qui ne pouvait pas acheter le jour n, faute d'argent, ou par spéculation, le peut le jour n+1. Evidement plus cher, car le temps, c'est de l'argent. C'est évidement un rôle très utile, et il n'y a rien du tout de diabolique la dedans.

Anonyme a dit…

Maintenant, tu évoques dans ton poste les intermédiaires.

Ils sont nécessaires. Ce n'est pas l'agriculteur qui va vendre, emballer et transporter ses tomates dans les magasins, car des magasins, ils peut y en avoir des centaines, et l'agriculteur n'est pas un routier (et bonjour la pollution, au passage !). C'est une simple question d'économie. Du reste les intermédiaires peuvent aussi jouer un rôle de banque auprès de l'agriculteur.

C'est pour cela du reste que tous les discours sur la disparition des intermédiaires sont plutôt rigolos. S'ils sont là, c'est qu'ils sont utiles !
Evidement, tous le monde rêve de s'en passer, mais ce n'est qu'un rêve.. Les intermédiaires créent de la valeurs. Sans eux, les produits seraient bien plus cher, les profits plus bas.


Enfin, tu as pris l'agriculteur, qui est un secteur très particulier, car complètement régulé par l'Etat, comme l'immobilier ou l'éducation. Donc, forcément, ce ne peut pas être un exemple pour défendre le marché. L'Etat achète par ex des tomates avec l'argent du con-tribuable pour les détruire (régulation des marchés). Le consommateur paye plus cher sa nourriture que si le marché était libre. Car on cherche à préserver l'emplois d'agriculteurs par ailleurs inutiles et non rentables. Cela dit, ça peut se défendre d'un point de vue sécurité nationale (qui veut dépendre de l'afrique pour se nourrir, franchement ?).

Enfin, il faut savoir que, contrairement à la propagande, les tomates ne rapporte pas un rond aux grandes surfaces. Elles en ont pour que leurs clients soient satisfait, mais ce qui rapporte, ce sont les boites de conserve, pas ces trucs qui se périme vite, exige beaucoup de main d'oeuvre, de la réfrigération, sont très fragile etc..


Voila, j'espère avoir été complet.

Un vrai Winner a dit…

Toi aussi tu es très mauvais en économie.

Tu confonds spéculateur et intermédiaire. Un spéculateur va dire en janvier à l'agriculteur « ta récolte en Juin je te la paye 1 €/kg » après c'est au paysan de savoir si en juin le prix du marché sera au dessus ou en dessous de 1 €/kg.

L'intérêt pour le pour l'argriculteur c'est d'être assuré d'un prix et donc de baisser le niveau de risque en cas de chute des prix du marché. Bien entendu le risque est reporté sur le spéculateur, qui peut gagner ou perdre. Sa valeur ajouté est dans la prise de risque.

Un intermédiaire n'est qu'un intermédiaire entre l'agriculteur et le consommateur, il va acheter les tomates au prix du marché pour les distribuer aux consommateurs ou aux supermarchés. Sa valeur ajouté est dans la distribution.

Winner a dit…

Anonyme tu racontes un peu n'importe quoi. Si les prix baissent, comment tu veux faire marcher l'économie et créer de la croissance ? C'est normal que les prix baissent sur des produits comme les télés ou les téléphones qui ne sont pas indispensables pour inciter les gens à les acheter, mais sur les produits indispensables comme la nourriture, on n'a surtout pas intérêt à le faire car ça ne fera pas acheter plus !

C'est ça l'intérêt du marché, c'est de créer des richesses soit en vendant plus, soit en vendant plus cher ! Ainsi, on incite les gens à travailler plus pour gagner plus pour pouvoir manger, c'est un cercle vertueux. Regarde par exemple les prix de l'électricité, ils augmentent grâce à la libéralisation. Au contraire par exemple au Vénézuéla qui est un pays communiste, l'Etat vend de la nourriture à bas prix, ce qui est un désastre pour l'économie ! C'est aussi de la concurrence déloyale envers le secteur privé ! En France aussi, on a cette concurrence déloyale entre hopitaux publics peu chers contre cliniques privées chères, école publique gratuite contre école privée chère... J'avais déjà écrit un article là dessus.

Anonyme a dit…

"Anonyme tu racontes un peu n'importe quoi. Si les prix baissent, comment tu veux faire marcher l'économie et créer de la croissance ? C'est normal que les prix baissent sur des produits comme les télés ou les téléphones qui ne sont pas indispensables pour inciter les gens à les acheter, mais sur les produits indispensables comme la nourriture, on n'a surtout pas intérêt à le faire car ça ne fera pas acheter plus !"

Et pourtant, les prix baissent !
C'est même grâce à ca que tu peux te nourrir, et garder assez d'argent pour te payer un ordi..


"C'est ça l'intérêt du marché, c'est de créer des richesses soit en vendant plus, soit en vendant plus cher ! "

Non. Les prix baissent, donc, pour regagner un paquet de pognon, il faut innover et vendre des choses que les autres ne sont pas capable de faire. Vive la recherche donc !


" Regarde par exemple les prix de l'électricité, ils augmentent grâce à la libéralisation."

Non. Car les prix public sont de faux prix, étant donné qu'il sont payé par l'impôt.
Le maché ne fait que révéler ce que les gens payaient déja mais qui leur était dissimulé par les politiciens..


" Au contraire par exemple au Vénézuéla qui est un pays communiste, l'Etat vend de la nourriture à bas prix, ce qui est un désastre pour l'économie ! "

Evidement. C'est comme de vouloir des salarié à 10 euros par mois. Personne ne vient..
C'est pas cher, mais il n'y en a pas..



"En France aussi, on a cette concurrence déloyale entre hopitaux publics peu chers contre cliniques privées chères, école publique gratuite contre école privée chère... "

Absolument. Sauf pour les hôpitaux, plus cher que les cliniques, évidement, car c'est un tas de fonctionnaires.

Winner a dit…

Ah, je comprend mieux ce que tu entends par baisse des prix ! En effet si on considère les impôts astronomiques qu'on paye pour faire tourner des services publics archaïques et entretenir des fonctionnaires fainéants et trop payés, ça revient beaucoup moins cher, du moins pour ceux qui payent des impôts !

Mais j'essayais de me placer du point de vue des pauvres qui n'en payent pas et à qui on donne tout gratuitement. Pour ceux, forcément, ça reviendra plus cher, mais c'est une bonne chose car ça les incitera a sortir de l'assistanat.

Anonyme a dit…

"Mais j'essayais de me placer du point de vue des pauvres qui n'en payent pas et à qui on donne tout gratuitement. Pour ceux, forcément, ça reviendra plus cher, mais c'est une bonne chose car ça les incitera a sortir de l'assistanat."

Oui, car comme ce sont les pauvres qui indirectement payent les impôts, car ils sont tout simplement inclus dans les prix de ventes, moins d'impôts, ca veut dire plus de pognon pour les pauvres (qui en plus risquent de trouver un emploi, car un fonctionnaire détruit deux emplois du privé pour pouvoir vivre. Le fonctionnaire, c'est un produit de luxe, il faut le savoir.).

Putifuto a dit…

Etre un winner, sa ce mérite.

HAHAHAHA, les fautes de CE1.

Oui, tu es bien un winner.